Que Recherchez-Vous ?

Chargement...

Vidéo MOTIVATION par Kerim Y.

vendredi 20 juin 2014

Hoquet : 22 techniques pour s'en débarrasser rapidement

Le hoquet se déclare souvent  aux pires moments (par exemple juste avant de faire une présentation au cours d'une réunion...). En public, il faut parfois user de techniques subtiles pour maîtriser son hoquet. On recommande souvent de boire un grand verre d'eau ou d'appuyer sur certains points. Si vous avez la possibilité de vous isoler quelques instants, vous pouvez tester les méthodes proposées dans cet article ou en profiter pour... vous reposer. À vous de trouver la méthode qui vous convient le mieux.



Le Hoquet : ce qui ne va pas ?

Chose curieuse pour un phénomène aussi courant, personne ne sait quelle est la cause exact du hoquet. Pourtant, tout le monde y est sujet, même le fœtus. Quelque chose pousse le diaphragme à se contracter de manière soudaine  et involontaire, puis à se relâcher tout aussi soudainement en faisant un bruit parfois gênant. Certains aliments favorisent le déclenchement de ces spasmes, de même que le fait de boire trop d'alcool ou d'avaler de l'air, comme quand on prend une grande rasade de boisson gazeuse.

Quelques mesures discrètes
  • Appuyez le plus fort possible dans la paume de l'une de vos mains avec le pouce de l'autre main. Vous pouvez aussi pincer votre pouce gauche entre le pouce et l'index droits. En détournant l'attention, l'inconfort ainsi produit agit sur le système nerveux. Avantage : vous pouvez faire ça sous la table sans que personne ne vous voie.
  • Prenez une grande inspiration et retenez votre respiration le plus longtemps possible (pendant au moins deux hoquets), bouche et nez fermés (cette méthode fonctionne extrêmement bien). L'accumulation du gaz carbonique dans les poumons favorise le relâchement du diaphragme.
  • Bouchez-vous les oreilles pendant 20 à 30 secondes ou appuyez sur la zone souple située derrière les lobes, juste en dessous de la base du crâne. Ce geste envoie un signal de relâchement au nerf vague, qui innerve la région du diaphragme.
  • Si personne ne vous regarde, tirez la langue. C'est ce que font les chanteurs et les acteurs pour stimuler leur glotte (espacement compris entre les deux cordes vocales). Ce geste provoque un ralentissement de la respiration qui a pour effet de calmer les spasmes responsables du hoquet.
  • Placez vos mains en coupe sur votre nez et votre bouche tout en continuant à respirer normalement. L'augmentation de la teneur en gaz carbonique de l'air inspiré favorise le relâchement du diaphragme, ce qui a pour effet de soulager le hoquet.
Concentrez-vous sur un verre d'eau
  • Buvez 9 ou 10 gorgées rapides sans faire de pauses. Lorsqu'on avale ainsi une boisson, les contractions de l'œsophage prennent le dessus sur les spasmes du diaphragme.
  • Buvez tout en vous bouchant les oreilles (pour cela, utilisez une paille). Cette méthode associe une déglutition régulière et un effet sur le diaphragme par l'intermédiaire du nerf vague.
  • Mettez un mouchoir en papier sur un verre rempli d'eau, puis buvez à travers le papier. L'effort imposé au diaphragme pour aspirer l'eau et la concentration requise contrecarrent les spasmes.
  • Essayez aussi cette position inconfortable : mettez-vous au-dessus d'un évier et essayez de boire en mettant vos lèvres sur le côté opposé du verre, en vous penchant en avant.
Surprenez vos papilles
  • Versez une cuillerée à café de sucre ou de miel diluée avec peu d'eau chaude dans le fond de votre gorge et avalez.
  • Le fait de surprendre les papilles par quelques chose de très acide provoque un rictus et une contraction des lèvres susceptibles de faire passer le hoquet. Coupez une tranche de citron et sucez-la.
  • Prenez une cuillerée à café de vinaigre de cidre. Si vos papilles parviennent à relever le défi, le hoquet passe quasi instantanément.
Détendez-vous
  • La meilleurs solution est parfois de se relaxer. Allongez-vous sur un lit, à plat ventre, tête tournée sur un côté et bras pendants. Prenez une grande inspiration, bloquez votre respiration pendant 10 à 15 secondes, puis expirez lentement. Répétez quatre ou cinq fois, puis restez allongé quelques minutes avant de vous relever.
  • Vous pouvez aussi vous asseoir dos droit contre un mur et demander à un proche d'appuyer doucement avec le poing sur la zone souple située juste en dessous du sternum. Prenez successivement quelques grandes inspirations, puis expirez à fond. C'est sur cette expiration que votre partenaire doit appuyer, doucement mais fermement, afin de favoriser l'expulsion de l'air.
  • On dit qu'embrasser longuement et avec fougue fait passer le hoquet. Ça ne peut en tout cas pas faire de mal, du moment, bien sûr, qu'on choisit le bon partenaire :)
Solutions pour les enfants
  • Donnez-lui une cuillerée à café de beurre de cacahuète. Le fait d'avoir à faire des efforts pour se débarrasser des résidus qui collent sur la langue et entre les dents suspend momentanément les schémas masticatoires et respiratoires.
  • Proposez-lui une cuillerée de crème glacée. La sensation de froid dans la gorge, le fait d'avaler de manière régulière et la diversion provoquée par le plaisir favorisent le relâchement du diaphragme.
Mieux vaut prévenir que guérir
  • Évitez la bière et les boissons gazeuses, surtout lorsqu'elles sont froides. Rien de tel en effet que l'action irritante du froid associée aux bulles pour déboussoler le diaphragme.
  • Mangez lentement. Le fait de manger vite favorise l'ingestion d'air, ce qui peut provoquer des hoquets ou des renvois.
  • Certains médicaments, comme le diazépam (Valium®), sont connus pour favoriser le hoquet. Si vous avez un doute quant à un traitement qu'on vous a prescrit, parlez-en à votre médecin afin qu'il vous donne éventuellement autre chose.
  • Chez le nourrisson, le hoquet peut être le signe d'une ingurgitation trop importante d'air au moment du repas. Il faut donc faire comme pour les rots : tenez l'enfant contre votre épaule et tapotez-lui le dos. En favorisant l'expulsion de l'air, ce geste peut faire cesser le hoquet.
  • Vérifiez aussi le débit de la tétine du biberon en versant un peu de lait dans l'évier. Le lait doit s'écouler goutte à goutte, d'abord assez rapidement, puis de plus en plus lentement, mais toujours selon un rythme régulier et décroissant. Un débit trop rapide ou trop lent peut favoriser le hoquet.
Chez certaines personnes, le hoquet peut durer plusieurs jours. Dans ce cas, il est préférable de consulter un médecin pour essayer d'en déterminer la cause. Il peut s'agir d'un trouble du système nerveux, d'un problème digestif (mauvaise coordination des muscles intestinaux), d'une irritation du diaphragme ou du nerf phrénique (qui innerve le diaphragme)... En cas de hoquet récalcitrant, le médecin peut prescrire un antispasmodique pour provoquer un relâchement du diaphragme.

Sans Cellulite