Que Recherchez-Vous ?

Chargement...

Vidéo MOTIVATION par Kerim Y.

dimanche 22 décembre 2013

Mise en garde santé : lisez ceci si vous mangez du saumon ou autres poissons

Par Mike Geary, spécialiste en nutrition diplômé
& Cat Ebeling, RN, BSN – coauteurs : La Cuisine Brûleuse de Graisses


Bien qu’on ait considéré le poisson comme un complément sain pour n'importe quel régime, les poissons d'élevage sont maintenant à peine mieux que de manger un Big Mac. D’un point de vue impact nutritionnel et environnemental, les poissons d'élevage sont de loin inférieurs à leurs homologues sauvages :
  • En dépit d'être beaucoup plus gras, les poissons d'élevage fournissent moins d’acides gras oméga-3 bénéfiques que les poissons sauvages.
  • En raison des conditions des "parcs d'engraissement" des aquacultures, les poissons d'élevage sont arrosés avec des antibiotiques et exposés à davantage de produits chimiques que leurs parents sauvages.
  • Un colorant de couleur saumon est donné au saumon d'élevage dans leur alimentation, sans lequel leur chair serait d’une couleur grise peu appétissante.
  • L’aquaculture soulève également un certain nombre de préoccupations environnementales, ce qui peut avoir un impact négatif sur le saumon sauvage. Il a maintenant été établi que les poux de mer provenant des fermes tuent jusqu'à 95% des saumons sauvages juvéniles qui migrent devant eux.
Différences nutritionnelles entre les poissons d'élevage et les poissons sauvages

Les poissons d'élevage ont une plus grande teneur en matières grasses. Ce n'est pas très surprenant, puisqu’ils ne passent pas leur vie à travers les eaux vigoureusement froides de l'océan ou sauter les ruisseaux rocheux comme leurs homologues sauvages. Une version marine de chips canapé en quelque sorte, ils tournent avec paresse dans des enclos d'engraissement surpeuplés sur des boulettes de poisson à base de céréales. C'est une comparaison très similaire à des parcs d'engraissement de viande de boeuf commerciale vs du boeuf nourri à l’air libre ou du gibier.

Dans chacune des espèces évaluées par le USDA, le poisson d'élevage a révélé contenir plus de matières grasses totales que leurs homologues sauvages. Dans la truite arc-en-ciel, la différence en matières grasses totales est la plus faible, tandis que le poisson-chat cultivé a près de 5 fois plus de graisse que le poisson-chat sauvage. L'élevage de saumon coho comptait environ 3 fois la matière grasse totale des échantillons sauvages.

Toutefois, la graisse totale n'est pas ici la vraie question – après tout, les poissons gras sauvages sont bons pour vous… c'est pourquoi la plupart d'entre nous prenons de l'huile de poisson pour des bénéfices santé.

Le problème réside du fait que les poissons d'élevage contiennent des graisses oméga-6 plus inflammatoires, et un grand déséquilibre en acides gras oméga-6 et Omega-3. Dans trois types de poissons évalués, la quantité d'oméga-6 était sensiblement plus élevée dans les poissons d'élevage par rapport aux poissons sauvages. Le total de tous les types d’oméga-6 présents dans les poissons cultivés était au moins deux fois supérieur aux niveaux constatés dans les échantillons sauvages.

Généralement, vous pouvez vous dire que les poissons d'élevage auront 10-30% de graisses en plus (et c'est surtout des graisses oméga-6 que vous aurez en trop grosse quantité) et de calories que les poissons sauvages capturés en nature.

La graisse contenue dans le saumon d'élevage contient nettement moins d’acides gras oméga-3 que la graisse de saumon sauvage. La graisse de saumon est habituellement riche en acides gras oméga-3. Rien de tel avec le saumon d'élevage !

Les maladies et les parasites, qui existent normalement à des niveaux relativement bas dans les poissons dispersés dans les océans, peuvent sévir dans les parcs d'engraissement denses océaniques. Pour survivre, les poissons d'élevage sont vaccinés par des vairons qu’ils consomment. Plus tard, ils reçoivent des antibiotiques ou des pesticides pour parer aux infections.

Les poux de mer en particulier, sont l'un des pires problèmes. Les éleveurs de saumons sont alors concernés à prix réduits car les poux de mer se trouvent également dans la nature, au premier signe d'épidémie, ils ajoutent des pesticides dans l'alimentation.

Des scientifiques américains sont beaucoup plus préoccupés par deux études qui montrent que le saumon d'élevage accumule plus de cellules cancérigènes et des dioxines toxiques que le saumon sauvage.

Des essais sur du saumon d'élevage de supermarché qui contient jusqu'à deux fois plus de graisse que du saumon sauvage, a montré 16x plus de CCP par rapport au saumon sauvage, 4x les niveaux dans le boeuf commercial, et 3.5x les niveaux trouvés dans les fruits de mer. La plupart de ces toxines sont stockées dans la graisse du poisson, donc imaginez ce que vous mangez quand vous mangez des poissons d'élevage ?

Le saumon d'élevage a généralement un colorant ajouté pour améliorer l’apparence du produit. Même avec la coloration, il n’aura jamais la belle apparence du saumon sauvage. Ces colorants ont également été associés récemment avec des agents cancérigènes. Ils n’ont aucun bienfait pour la santé, et n'ont d'autre but que de tromper le consommateur en lui faisant croire que le produit a une apparence naturelle et savoureuse… Ne le croyez pas !

Les aquacultures, ou "fermes porcines flottantes", mettent à rude épreuve l’environnement. Les poissons consomment d'énormes quantités de granulés de protéines hautement concentrés et cela fait un gâchis terrible.

La nourriture non consommée et les déchets de poisson couvrent le fond de l'océan en dessous de ces exploitations, et est un terrain fertile pour les bactéries qui consomment de l'oxygène vital pour les mollusques et autres créatures marines qui vivent au fond. Une pisciculture de saumon de bonne taille produit une quantité d'excréments équivalents aux eaux usées d'une ville de 10.000 personnes. Pensez à cela la prochaine fois que vous vous baignez dans l'océan !

Le poisson faisait parti un peu de la rareté dans les dîner standard aux États-Unis. Aujourd'hui, c'est un dîner commun dans les foyers soucieux de leur santé. L'année dernière, le saumon a dépassé les "bâtonnets de poisson" comme fruits de mer au troisième rang dans le régime américain (après le thon et les crevettes). La consommation accrue a été rendue possible par la croissance explosive de l'élevage du saumon, un système industriel qui produit du poisson en grandes quantités à un prix beaucoup plus bas que le saumon sauvage.

Bien que présenté comme "sain", la plupart du tilapia vendu à des restaurants et des épiceries sont élevés à la ferme, et ne sont donc pas considérés comme le choix le plus sain.

Plus de la moitié du poisson vendu dans les supermarchés, les poissonneries et les restaurants sont élevés dans l’océan dans des enclos à poissons de haute densité, gérés et commercialisés par l'industrie de la pêche d'élevage. Ces poissons sont mangés par plus d'un quart de tous les adultes aux États-Unis et les experts prédisent que la croissance exponentielle de l'industrie du poisson d'élevage va se poursuivre. Bien que cela semble un choix plus sain, manger du poisson d'élevage est en fait presque aussi mauvais que de manger un hamburger de restauration rapide avec du bœuf commercial engraissé au grain.

Notez que lorsque vous choisissez des poissons sauvages plus sains, c'est une bonne idée d'essayer de limiter votre consommation de poissons qui sont plus élevés dans la chaîne alimentaire (comme le thon, l'espadon, le requin, le bar rayé, le tassergal, etc) pour des repas plus occasionnels en raison des niveaux élevés de mercure dans ces poissons. Les poissons qui sont plus faibles dans la chaîne alimentaire, comme les sardines, le hareng, le crapet-soleil, et même la truite et le saumon ont des niveaux de mercure plus bas et ne sont pas aussi concernés.

Attention : il est extrêmement important que les femmes enceintes parlent à leur médecin de leur consommation de poisson.

Si vous avez aimé le sujet d'aujourd'hui, ce n'est qu'un échantillon des dizaines de sujets de nutrition dont nous parlons dans notre programme – La Cuisine Brûleuse de Graisses

Sans Cellulite