Que Recherchez-Vous ?

Chargement...

Vidéo MOTIVATION par Kerim Y.

jeudi 14 novembre 2013

Brûlures d'estomac : 17 remèdes pour en finir avec les remontées acides

Les aigreurs ou brûlures d'estomac sont très désagréables et il est parfois difficile d'en déterminer la cause. Un repas trop copieux ou pris trop rapidement, la consommation de plats épicés ou d'aliments acides, comme le pamplemousse ou le jus d'orange... Les facteurs favorisant ce trouble varient d'une personne à l'autre. Pour commencer, vous pouvez demander à votre pharmacien un antiacide ou un antisécrétoire gastrique. Mais, sur le long terme, le plus sûr moyen d'éviter les brûlures est de chercher à savoir ce qui le déclenche.



Brûlures d'estomac : ce qui ne va pas ?

La remontée de l'acide gastrique dans l'œsophage provoque une sensation de brûlure. L'œsophage se termine par un sphincter qui, en se fermant après le passage des aliments, empêche le contenu de l'estomac de refluer. Lorsque ce sphincter ne ferme pas hermétiquement, l'acide peut passer à travers l'orifice. On parle alors de reflux gastro-œsophagien. Les aigreurs d'estomac peuvent se produire après un repas copieux ou l'ingestion des certains aliments. La grossesse, le surpoids, la tabagisme et la hernie hiatale (remontée de la partie inférieure de l'œsophage et de la partie supérieure de l'estomac) font partie des facteurs de risque. Certains médicaments, comme l'aspirine, les antibiotiques, les antidépresseurs ou les sédatifs, peuvent avoir un effet aggravant.

Éteignez le feu

  1. Dès les premiers signes (renvois et sensation de chaleur dans le bas de l'œsophage), buvez un grand verre d'eau afin de repousser l'acide gastrique dans l'estomac.
  2. Préparez une tisane antireflux en ajoutant une cuillerée à café de gingembre fraîchement râpé à une tasse d'eau bouillante et laissez infuser 10 minutes. Utilisé depuis longtemps contre les nausées provoquées par le mal des transports, le gingembre entraîne un relâchement des muscles qui tapissent la muqueuse de l'œsophage, empêchant ainsi la progression de l'acide vers le haut en direction de la gorge.
  3. Pour lutter contre les aigreurs d'estomac, les phytothérapeutes recommandent aussi l'administration d'une tisane digestive anisée. Jetez deux cuillerées à café de graines d'anis, de carvi ou de fenouil dans une tasse d'eau bouillante, laissez infuser 10 minutes, filtrez et buvez.
  4. Pour calmer la sensation de brûlure dans l'estomac et l'œsophage, la médecine ayurvédique préconise des tisanes à base de cannelle ou de cardamome concassée. Mettez une cuillerée à café de l'une ou l'autre de ces plantes, concassée ou pulvérisée, dans une tasse d'eau bouillante, laissez infuser, puis filtrez et buvez.
Revêtement protecteur
  1. La racine de guimauve est l'un des plus anciens remèdes connus contre les aigreurs d'estomac. Elle produit une substance mucilagineuse (gluante et amidonnée) qui forme une couche protectrice sur la muqueuse œsophagienne. Son utilisation est donc particulièrement recommandée en cas de sensation de brûlure émanant de l'estomac. Pour préparer un breuvage apaisant, ajoutez une cuillerée à café de racine de guimauve pulvérisée dans une tasse d'eau, mélangez. Buvez par petites gorgées trois ou quatre tasses par jour.
  2. Le même résultat peut être obtenu avec de l'écorce d'orme rouge. Mélangez une cuillerée à café d'écorce pulvérisée dans une tasse d'eau bouillante et buvez. Répétez l'opération deux ou trois fois par jour.
  3. La réglisse sous sa forme déglycyrrhizinée (DGL) fournit également un mucilage apaisant. Les gommes à mâcher sont préférables aux capsules car la réglisse est plus efficace lorsqu'elle peut se mêler à la salive. Prenez deux à quatre gommes de 380 mg trois fois par jour, 30 minutes avant chacun des repas. Si vous avez du mal à trouver des gommes, les capsules pourront quand même faire l'affaire (jusqu'à 1 g par jour). Certaines marques contiennent 250 mg de réglisse DGL. La posologie recommandée est alors de deux à quatre capsules.
Jouez la neutralité
  1. La salive a pour effet de neutraliser l'acide gastrique. Aussi le fait de mâcher un chewing-gum sans sucre ou de sucer un bonbon acidulé peut avoir un effet bénéfique.
  2. Par son alcalinité, le bicarbonate de soude neutralise l'acide gastrique. Mettez une demi-cuillerée à café de poudre de bicarbonate et quelques gouttes de jus de citron dans une demi-tasse d'eau chaude, mélangez et buvez. Le citron permet de dissiper une partie du gaz qui se forme lorsque le bicarbonate de soude entre en contact avec l'acide gastrique.
  3. Le jus de certains légumes, tels que carotte, concombre, radis, ou betterave, diminue l'acidité gastrique car il est alcalin. N'hésitez pas à ajouter un peu de sel et de poivre pour rehausser le goût. Si cela ne vous dit rien ou que la préparation vous paraît compliquée, grignotez le légume tel quel.
Mieux vaut prévenir que guérir
  1. Lorsqu'on est debout ou assis dos droit, la force de gravité empêche l'acide gastrique de remonter dans l'œsophage. Redressez-vous, évitez de vous pencher vers l'avant après avoir mangé et, surtout, ne vous allongez pas.
  2. Si vous souffrez d'aigreurs nocturnes, dînez 2 à 3 heures avant de vous coucher.
  3. Vous pouvez aussi surélever la tête de votre lit de 10-15 cm en plaçant des blocs de bois ou des bottins sous le matelas. Le fait de dormir avec le buste redressé limite les remontées de suc gastrique.
  4. Essayez de dormir sur le côté gauche. Dans cette position, le contenu de l'estomac est éloigné du sphincter inférieur de l'œsophage, ce qui limite les risques de reflux.
  5. Faites des repas moins copieux et plus fréquents afin de réduire la sécrétion d'acide gastrique. Le fait de manger beaucoup en une fois peut favoriser l'ouverture intempestive du sphincter inférieur de l'œsophage, l'anneau musculaire qui sépare l'estomac de l'œsophage et empêche normalement l'acide gastrique de refluer.
  6. Évitez les aliments très gras car plus le repas est lourd à digérer, plus le risque d'aigreurs augmente.
  7. Si ce n'est pas déjà fait, arrêtez de fumer. Des études ont montré que la fumée du tabac favorise le relâchement du sphincter inférieur de l'œsophage. De ce point de vue, le tabagisme passif est presque aussi mauvais. Évitez donc aussi les lieux enfumés.
Lorsque les aigreurs d'estomac sont occasionnelles, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Si, en revanche, elles sont récurrentes, cela peut être le signe d'un reflux gastro-œsophagien pathologique, dégénérant parfois en ulcère ou en toux chronique due à une irritation de la gorge.
Consultez votre médecin si vous souffrez d'aigreurs trois ou quatre fois par semaine d'affilée, si vous respirez bruyamment, si vous êtes enroué, si vous avez du mal à déglutir ou si vous perdez du poids. Ces signes peuvent être évocateurs d'un cancer, surtout passé 40 ans. Les symptômes de reflux sévère peuvent être confondus avec ceux de l'infarctus du myocarde. S'ils surviennent après le repas et s'améliorent en buvant ou par la prise d'antiacides, il s'agit certainement d'aigreurs. 
Si, par contre, vous avez une sensation de réplétion (de plénitude), de resserrement ou d'oppression thoracique, une douleur au milieu de la poitrine, le souffle court, la tête qui tourne ou des sueurs froides, appelez immédiatement les urgences car il peut s'agir des prémisses d'un infarctus du myocarde.

Sans Cellulite