Que Recherchez-Vous ?

Chargement...

Vidéo MOTIVATION par Kerim Y.

samedi 26 octobre 2013

L'énurésie : 10 remèdes pour aider l'enfant à stopper le pipi au lit

Les enfants ne mouillent pas leur lit intentionnellement, aussi est-il inutile de les punir chaque fois que vous découvrez les draps trempés le matin. Essayez plutôt de dramatiser l'accident, tout en aidant l'enfant à prendre conscience du problème. Les conseils suivants vous aideront à affronter la situation.



l'Énurésie : ce qui ne va pas ?

La propreté nocturne est normalement acquise aux alentours de 3 ans, mais elle peut être plus tardive chez certains enfants sans qu'il y ait lieu de s'inquiéter. Ainsi, on ne parle d'énurésie que chez des enfants de plus de 5-6 ans. En France, on estime que 10 % des enfants souffrent d'incontinence nocturne. L'origine de ce problème n'est pas toujours identifiée et plusieurs facteurs peuvent intervenir, telles une production excessive d'urine la nuit liée à une mauvaise sécrétion nocturne d'hormone antidiurétique ou une faiblesse de la capacité de la vessie. La composante psychologique est souvent surestimée : l'anxiété est plus souvent la conséquence que la cause de l'énurésie. Des maladies ou des malformations peuvent également se manifester par ce type d'incontinence et, dans ce cas, les signes associés doivent être signalés au médecin afin d'établir un diagnostic.

Des mesures simples
  1. Demandez à l'enfant d'aller aux toilettes juste avant de se coucher. Cela ne l'empêchera pas forcément de mouiller son lit dans la nuit, mais il aura au moins vidé sa vessie avant de s'endormir.
  2. On conseille parfois aux parents d'éviter de donner à boire à leur enfant 1 heure avant le coucher, mais cette mesure est rarement efficace. En revanche, il est impératif de supprimer les boissons renfermant de la caféine (sodas au cola, par exemple), qui irrite la vessie et a un effet excitant.
  3. Assurez-vous que votre enfant ne présente pas une intolérance au lait (caséine et lactose, principalement). Ce problème est plutôt à l'origine d'insomnies, mais il joue parfois un rôle dans l'énurésie.
  4. Faites en sorte que les heures de lever et de coucher soient régulières, et évitez le manque de sommeil.
  5. Veillez à ce que les préparatifs du coucher se déroulent dans le calme. Les jeux actifs ou une émission de télévision animée peuvent favoriser l'énurésie. Lisez une histoire ou laissez l'enfant lire seul dans son lit.
  6. Si l'enfant à plus de 6 ans, envisagez d'acheter une alarme stop-pipi. Il s'agit d'un capteur d'humidité qui fonctionne sur pile et émet une sonnerie au contact des premières gouttes d'urine. L'alarme réveille l'enfant et le conditionne en lui faisant prendre conscience de son envie d'uriner avant qu'il ne vide complètement sa vessie. Ne vous découragez pas si l'alarme ne résout pas le problème au bout de 15 jours. Attendez 2 à 3 mois avant d'évaluer les résultats.
Limiter les dégâts
  1. Placez une alèse sous les draps (certains magasins proposent des lots d'alèses jetables) pour protéger le matelas. Cela vous aidera à traiter l'incident à sa juste mesure : un incident précisément, et non un drame. Vous dormirez certainement mieux si la perspective de refaire complètement le lit en pleine nuit ne vous stress plus.
Aidez l'enfant à se prendre en charge
  1. Rassurez l'enfant tout en l'impliquant dans les tâches liées à l'énurésie, comme mettre les draps sales dans la corbeille à linge, vous aider à refaire son lit ou préparer un nouveau pyjama. Expliquez-lui bien qu'il s'agit de le responsabiliser et non de le punir.
  2. Proposez à l'enfant de remplir un agenda sur lequel seront notées les nuits << sèches >> et les nuits << humides >> (avec un code ou des gommettes, par exemple). Récompensez-le après après une ou plusieurs nuits sans incident.
  3. Des exercices, pratiqués pendant les mictions de jour, permettent de renforcer le muscle qui ferme la vessie et d'exercer son contrôle par le cerveau. Demandez à votre médecin de les expliquer à votre enfant.
Le saviez-vous ?

L'énurésie est en partie héréditaire. D'après les spécialistes, si les deux parents étaient énurétiques, l'enfant a 77 % de probabilités de l'être à son tour, si un seul l'était, le risque est de 44 %.

Une aide médicamenteuse ?

Selon certaines études, une partie des enfants qui font pipi au lit ont un taux insuffisant d'hormone antidiurétique (ADH). Cette hormone limite la production d'urine par les reins. En cas de déficience, la vessie produit une quantité excessive d'urine pendant la nuit. Si au bout de 2 à 3 mois, les mesures décrites ici, notamment le stop-pipi (alarme sonore), se sont avérées inefficaces, le médecin pourra juger utile de prescrire un médicament renfermant une version synthétique de cette hormone, sous forme de comprimé à prendre avant le coucher.

Sans Cellulite