Que Recherchez-Vous ?

Chargement...

Vidéo MOTIVATION par Kerim Y.

mercredi 6 mars 2013

Les bienfaits de la carotte


La caractéristique essentielle de la carotte étant sa très grande richesse en provitamine A (carotène), la consommation de 100 g de carottes couvre plus de la moitié du besoin quotidien de vitamine A. Parmi les 600 caroténoïdes existant sur terre, les principaux retrouvés dans la carotte (crue, cuite ou jus) sont le ß-carotène, la lutéine et la zéaxanthine
.
Une action favorable sur le taux du cholestérol sanguin

La carotte possède une action favorable sur le taux du cholestérol sanguin. Selon une étude américaine, l'enrichissement de l'alimentation avec 200 g de carottes crues, chaque jour, peut faire chuter de 11 % le taux du cholestérol. Des auteurs ont avancé que l’apport simultané de fibres (et en particulier des pectines, qui « séquestrent » les sels biliaires et les acides gras) et de caroténoïdes, tous deux présents dans la carotte, pourrait optimiser l’effet protecteur de ce légume. Deux autres études ont démontré que la consommation de carottes chez l’animal augmentait la capacité antioxydante et le taux de vitamine E dans le sang, en plus de diminuer le cholestérol et les triglycérides du foie et dans le sang.
La consommation de jus de carotte n’a pas les mêmes effets sur le cholestérol LDL (mauvais cholestérol) que la consommation de carottes entières, car il contient peu de fibres.

Réduit le risque d’attaque cérébrale

Après la maladie coronarienne, l’attaque cérébrale ischémique (provoquée par un caillot sanguin ou un rétrécissement des artères dans le cerveau) est la forme la plus courante de maladie cardiovasculaire. Des études ont constaté que de fortes consommations de fruits et légumes, riches en caroténoïdes antioxydants, étaient associées à un plus faible risque d’attaque cérébrale ischémique. Des chercheurs ont analysé les niveaux sanguins de caroténoïdes de deux groupes d’hommes : 297 médecins ayant souffert d’une attaque cérébrale ischémique et 297 sujets témoins. Tous les sujets participaient à la vaste étude Physician’ Health Study et ont été suivis pendant 13 ans. Les résultats ont montré que les hommes consommant les quantités les plus élevées d’alpha-carotène avaient 41 % moins de risque de faire une congestion cérébrale que ceux qui en consommaient les plus faibles quantités. De façon similaire, les consommations les plus élevées de bêta-carotène étaient associées à un risque 38 % plus faible, et celles de lycopène à un risque 39 % plus faible.
Cependant une supplémentation en bêta-carotène n’a aucune incidence sur le risque d’attaque cérébrale ischémique. Cet élément n’agit donc pas seul.

Action bénéfique contre certains cancers

Le bêta-carotène possède une activité antioxydante indiscutable in vitro, c'est-à-dire sur des cultures cellulaires. Il neutralise l'oxygène singulet (O2), nettoie les radicaux péroxyles et empêche la peroxydation des graisses. Le mécanisme par lequel il agit n'est pas clair.
Le risque de développer un cancer du poumon chute de 40% chez les personnes qui consomment de deux à quatre portions de carottes par semaine, comparativement à celles qui n’en consommaient pas. Ce risque est même 60 % plus faible avec une consommation de cinq portions de carottes ou plus par semaine.
De même, les femmes qui consomment deux portions ou plus de carottes par semaine ont 44 % de risques en moins d’avoir un cancer du sein que celles qui n’en consomment pas. La consommation d’aliments contenant des caroténoïdes pourrait donc contribuer à réduire le risque de développer certains cancers. Comment ?
Les aliments contenant des caroténoïdes diminueraient les dommages oxydatifs subis par l’ADN, ceux-là même qui augmentent le risque de cancer.

Réduit les risques de Cataracte

Les yeux sont directement exposés aux rayons ultraviolets du soleil ce qui entraîne la production de radicaux libres. Avec l’âge, les lésions radicalaires s’accumulent et l’on pense que c’est l’une des causes majeures de cataracte liée au vieillissement.
Plus la présence d’alpha et de bêta-carotène est importante dans le sang d’un individu, moins le risque de développer une cataracte est important (respectivement 50 et 30% moins de risque). Il en va de même pour les gros consommateurs de lutéine (50% moins de risque de développer une cataracte capsulaire) et de zéaxanthine, des composés présents entre autres dans la carotte. Cependant, une supplémentation en bêta-carotène effectuée dans deux études d’intervention n’a pas donné les mêmes résultats. L’effet protecteur contre la cataracte ne proviendrait donc pas des seuls carotènes, mais bien des autres composés contenus en grande quantité dans la carotte (tels la lutéine et la zéaxanthine).


Sans Cellulite